Mot-clé : « Thomas (littérateur) »

Fil des textes - Fil des commentaires

Le Livre, tome I, p. 264-288

Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 264.
Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 264 [288]. Source : Internet Archive.

Et plus loin[264.1] : « Depuis qu’ils (les romans de Richardson) me sont connus, ils ont été ma pierre de touche ; ceux à qui ils déplaisent sont jugés par moi. Je n’en ai jamais parlé à un homme que j’estimasse, sans trembler que son jugement ne se rapportât pas au mien. Je n’ai jamais rencontré personne qui partageât mon enthousiasme, que je n’aie été tenté de le serrer entre mes bras et de l’embrasser. »

L’historien Mably (1709-1785) « savait presque par cœur Platon, Thucydide, Xénophon, Plutarque, et les ouvrages philosophiques de Cicéron[264.2] ». Parmi les modernes, il admirait surtout Descartes, Corneille. Pascal, Bossuet, Fénelon, Malebranche, Boileau, Racine, Condillac, Molière et La Fontaine.

Le littérateur Thomas (1732-1785) lisait toujours le même livre, et ce livre était Cicéron, si l’on en croit Hérault de Séchelles[264.3], qui nous dit plus loin, — en énumérant les autres auteurs favoris de Thomas : Homère, Euripide, Virgile, Métastase et le Tasse, — que « Voltaire était toujours dans ses mains », ce qui laisse supposer que Thomas délaissait alors son exemplaire de Cicéron[264.4]. Racine, Jean-

[I.288.264]
  1.  Op. cit., p. 222.  ↩
  2.  Peignot, op. cit., t. I, p. 341.  ↩
  3.  Ap. Peignot, op. cit., t. I, pp. 343 et s.  ↩
  4.  Et il devait aussi délaisser souvent Voltaire, puisque, parlant de Tacite et de Montesquieu, il dit à Hérault de Séchelles, que « ce sont deux auteurs de cheminée : il ne faut pas passer un jour sans les lire ». (Peignot, op. cit., t. I, p. 346.)  ↩

Le Livre, tome I, p. 159-183

Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 159.
Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 159 [183]. Source : Internet Archive.
Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 160.
Pour suite de note : Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 160 [184]. Source : Internet Archive.

tiles, ou ne sont pas du moins aussi utiles qu’elles le devraient être, parce que, faule de notions suffisantes, on ignore ce qu’il faut remarquer, et qu’on ne sent pas la conséquence d’une partie des choses qu’on lit. » De là, la nécessité de relire tous ces chefs-d’œuvre qu’on n’a fait qu’entrevoir, ou plutôt que méconnaître, durant les années scolaires.

C’est Daguesseau qui, lisant je ne sais quel poème grec avec le savant Boivin, eut ce mot charmant, pour exprimer le plaisir qu’il éprouvait : « Hâtons-nous ! Si nous allions mourir avant d’avoir achevé[159.1] ! »

[I.183.159]
  1.  Thomas, Éloge de Daguesseau, ap. Daguesseau, Œuvres complètes, t. I, p. xcii, notes (Paris, Fantin, 1819). Je trouve dans les mêmes notes (pp. xci et suiv.) les renseignements suivants relatifs au chancelier Daguesseau : « Il savait la langue française par principes, le latin, le grec, l’hébreu, l’arabe et d’autres langues orientales, l’italien, l’espagnol, l’anglais et le portugais. On pouvait dire de lui qu’il était contemporain de tous les âges, et citoyen de tous les lieux ; il n’était étranger dans aucun pays ni dans aucun siècle…. Il avait une mémoire prodigieuse ; il lui suffisait, pour retenir, d’avoir lu une seule fois avec application. Il n’avait point appris autrement les poètes grecs, dont il récitait souvent des vers et des morceaux entiers. A l’âge de quatre-vingt-un ans, un homme de lettres ayant cité peu exactement devant lui une épigramme de Martial, il lui en récita les propres termes, en avouant qu’il n’avait pas vu cet auteur depuis l’âge de douze ans. II retenait quelquefois ce qu’il avait seulement entendu lire. Boileau lui ayant un jour récité une de ses pièces qu’il venait de composer, M. Daguesseau lui dit tranquillement qu’il la connaissait, et sur-le-champ la lui répéta tout entière. Le satirique, comme on s’en doute bien, commença par entrer en fureur, et finit par admirer…. M. Daguesseau ne connut jamais les plaisirs et ce qu’on appelle amusements ; son principe était qu’il n’est permis de se délasser qu’en changeant d’occupations. Il ne faisait aucun voyage, même à Versailles, sans lire ou se faire lire en chemin quelque ouvrage…. Il ne demanda, ne désira jamais aucune charge ; les honneurs vinrent le chercher. Au commencement de la Régence, lorsqu’il n’était encore que procureur général, il refusa de faire des démarches pour son élévation, quoiqu’il fût presque assuré du succès : « A Dieu ne plaise, dit-il, que j’occupe jamais la place d’un homme vivant ! » « Il n’aspirait qu’à être utile ; et, pendant soixante ans passés dans les premières charges de l’État, il n’eut pas même la pensée qu’il pouvait s’enrichir ; il aurait cru que c’était vendre ses services…. Il n’a laissé d’autres fruits de ses épargnes que sa bibliothèque, encore n’y mettait-il qu’une certaine somme par an. Son esprit, solide dans tous les goûts, n’aimait que les livres utiles ; il méprisait ceux qui n’étaient que rares…. M. Daguesseau mourut le 9 février 1751. Il porta, même au delà du tombeau, l’horreur du luxe, et la simplicité qui fît son caractère. Il voulut que ses cendres fussent mêlées et confondues parmi celles des pauvres, dans le cimetière de la paroisse d’Auteuil, où son épouse était enterrée. »  ↩